La rétrospective c’est LE moment d’introspection. Après le sprint, l’équipe « refait le match » et s’engage sur des améliorations pour le(s) sprint(s) à venir. Quand je suis arrivée dans mon équipe, le PO ne participait pas à la rétrospective de sprint. Après une release, je leur ai demandé s’ils acceptaient que j’y prenne part, et nous avons validé ensemble que ma présence avait du sens. Alors oui, nous avons tous entendu, « le PO n’a rien à faire dans les rétros », s’il est présent « l’équipe n’osera pas s’exprimer », les problèmes seront cachés au lieu d’être exposés de peur qu’on cherche un responsable plutôt qu’une solution, on risque de s’orienter productivité plus que vélocité etc.

De ma fenêtre de jeune PO, si on en est là, c’est plutôt grave et ça veut dire qu’on n’est pas encore dans une équipe Scrum avec toutes les vertus et les principes du framework comme : le respect, la transparence et l’engagement. Dans nos rétros, je peux mieux comprendre le quotidien de l’équipe de développement et ils peuvent comprendre le mien et nous nous entraidons pour trouver des solutions. Ils m’aident à être un meilleur PO et je peux vous assurer qu’ils n’ont pas peur de s’exprimer 😉 Les voici au top dans une retro au Dixit :

retro